La ferme miracle, ou comment faire un verger permaculturel.

La ferme miracle, ou comment faire un verger permaculturel.

Un verger permaculturel.

Voici des petits conseils extraits d’une conférence de Stéfan Sobkowiak sur la transformation d’un verger biologique en verger permaculturel.

 

Le verger permaculturel permettra de travailler dans un lieu inspirant avec :

– Moins de travail

– Plus de rendement

– Plus de plaisir.

Il faudra beaucoup de patience. Il y aura des jours de joie avec de belles surprises et des jours plus compliqués avec des désastres « naturels »

Dès le début, dans un verger permaculturel,  il faut :

– Penser à mettre des nichoirs partout ! Au moins 50 par hectare.

– Protéger sa pépinière, surtout si une couche de neige peut la recouvrir.

La nature est bien faite, on ne peut pas faire mieux que la nature. Il faut s’en inspirer car elle a surmonté l’épreuve du temps. On se doit de diversifier et ne pas tuer, car en tuant ce qui nous pose problème, on tue 99 % de ce qui peut nous servir.

Il est préférable d’aller vers un modèle plus harmonieux avec la nature en allant vers un design de polyculture et en favorisant l’implantation des auxiliaires. En travaillant avec la nature, on évite les intrants.

Voici quelques principes du verger permaculturel :

– Bouger les mangeoires une fois toutes les deux semaines (de 30 mètres) afin de favoriser la recherche des larves par les oiseaux. Un oiseau lâchera une graine s’il voit une larve.

– On peut estimer à 10 % la perte de fruits dû aux oiseaux. Mais c’est une perte très faible comparée aux bienfaits de leur prédation sur les nuisibles.

– Planter les rangées de fruitiers par date de cueillette afin de faciliter les récoltes, la gestion.

– Alterner 3 arbres différents ( fixateur d’azote / Pommier / poirier – pêche), chaque trio qui se succède sera différent du précédent.

– 2 mètres d’espacement entre chaque arbre peut suffire.

– Chaque rang commencera par un arbre différent. Afin d’avoir des fixateurs d’azotes en quinconce. – On peut par exemple, remplacer dans une rangée sur deux les pommiers par des pruniers. Le but étant que deux arbres identiques ne se touchent jamais.

– Fixateurs d’azotes : des féviers (sans épines) qui se multiplient par graine à 97 % sans épine. Le robinier, l’aulne, argousier, …

– Les trios sont pensés dans la rangée mais également accompagnés sur plusieurs étages de végétation. (arbustes fruitiers, sauge, romarin, vivaces, …).

– Pour deux trios d’arbres (4 fruitiers plus deux fixateurs d’azote) il faut entre 6 et 24 arbustes, et environ 96 plantes vivaces ou annuelles pour couvrir le sol. Les vignes et les kiwis grimpent dans les fixateurs.

– Dans les allées on peut faire les volailles, des lapins, … pour manger l’herbe, les nuisibles et fertiliser.

Les avantages du verger permaculturel par rapport à un verger biologique en mono espèce :

– Les chenilles ne sont plus un fléau.

– Moins de travail (6h de désherbage par 1/2 hectare et par an). Quand on enlève une mauvaise herbe, on la remplace par une autre plante. (présence d’une bâche)

– Des récoltes plus étalées sur l’année.

– Une production totale plus élevée sur une même surface et plus diversifiée.

Voici une petite vidéo pour illustrer les propos :

Il y a 20 ans, Stefan Sobkowiak se porte acquéreur d’un verger de pommiers conventionnel dans le but d’en faire un verger bio. Il se rend vite compte des limites du modèle “bio”, toujours basé sur la monoculture. Stefan décide donc d’arracher la plupart des arbres et de replanter en s’inspirant des principes de la permaculture. Il crée ainsi un verger permaculturel : oasis d’abondance et de biodiversité qui compte plus de 100 variétés de pommes, plusieurs types de poires, prunes, cerises ainsi qu’une myriade de petits fruits, légumes et autres.

 

Voici la vidéo de la conférence du verger permaculturel de 2014 :

Pin It
Pourquoi et comment cultiver sans travail du sol avec un couvert permanent ?

Pourquoi et comment cultiver sans travail du sol avec un couvert permanent ?

Dans beaucoup de vidéos, d’articles et de livres, on nous dit souvent qu’il ne faut pas travailler le sol, qu’il faut le pailler, ne pas le laisser “nu”.

Je pense aussi depuis de nombreuses années qu’il faut imiter la nature, en particulier le modèle forestier qui produit de l’abondance dans un cycle naturel autonome avec un sol qui n’est jamais travaillé par un outil et qui est toujours couvert.

Cependant je n’avais jamais vraiment compris à quel point ce modèle pouvait être vraiment réalisable et pour quelles raisons il fallait l’imiter ?

Mais je commence à mieux comprendre depuis que j’ai vu les vidéos de la formation de maraichage sur sol vivant : la fertilité des sols pivot des pratiques agroécologiques en maraichage animée par Konrad Schreiber qui date de 2016.

Ça pousse tout seul ! Pourquoi ?

Dans sa formation, il part de l’exemple de la colonisation d’une parcelle laissée à l’abandon par les adventices qui au fil des années se transformera en forêt. Au fur et à mesure des explications de cette colonisation, on découvre les systèmes naturels productifs et autosuffisants. Puis les liens sont faits avec l’agriculture et l’on comprend les pourquoi et les comment du maraichage (jardinage) sur sol vivant non travaillé.

Je vous conseille de regarder la playliste suivante, mais prévoyez plusieurs heures devant vous. Certaines parties sont assez techniques, mais au final on comprend bien l’idée et les principes :

Si je devais résumer en quelques phrases cette formations, voici ce que j’en dirai :

  • La couverture permanente du sol est indispensable.
  • C’est encore mieux de prévoir une couverture de mulch complétée par des plantes vivantes (culture / inter-culture / engrais verts).
  • Le mulch d’herbe verte et fine = sucre très rapide, le mulch de bois dur = sucre très très lent.
  • Il faut compter 5 ans pour obtenir un système à très haut rendement.
  • Ne jamais travailler le sol pour préserver sa structure et sa vie.
  • On peut incorporer du BRF dans le sol la première année si son sol est très dégradé, cet enrichissement en matière organique aura un effet bénéfique à long terme.
  • Les légumineuses fixent beaucoup d’azote dans leur partie aérienne, mais pas au niveau des racines, il est donc important de mulcher avec les parties aériennes des légumineuses.
  • Les relations symbiotiques sont très importantes et nombreuses dans un sol vivant.
  • La symbiose entre des racines et des mycélium permettront aux plantes de pouvoir absorber de l’eau qui en temps normal leur serait inaccessible.
  • Toutes les galeries créées par la vie du sol permettront une meilleure absorption de l’eau d’une part et permettra aux racines d’accéder très rapidement au sous sol afin de pouvoir s’hydrater.

Pin It
Le projet biofermes France

Le projet biofermes France

Ensemble, faisons germer des petites fermes agroécologiques et autonomes.

Biofermes France est une alternative durable qui va permettre à de nombreuses personnes de produire une alimentation saine, qualitative, locale tout en protégeant notre environnement et la biodiversité des différentes régions du projet.

De la production, la sélection et la multiplication de leurs propres semences jusqu’à la production de leur propre alimentation, en passant par les techniques agroécologiques qui permettent d’éradiquer l’utilisation d’intrants chimiques en agriculture (via les engrais naturels, techniques push and pull, haies, etc.), ce projet s’adresse à l’ensemble de la chaîne des activités paysannes avec un même but : l’indépendance économique et l’efficacité écologique. Ces formations sont organisées par Intelligence Verte et Navdanya qui s’appuient sur leur expérience de longue date en la matière et qui ont déjà formés plusieurs milliers de personnes à l’agroécologie.

 

Agroécologie

Favoriser la transition• 1/3 des financements serviront à la formation de paysans-nes à l’agroécologie et la conservation des semences anciennes dans des petites fermes agroécologiques formatrices, partenaires du projet.
Cette formation s’accompagne d’une formation à la production et à la conservation des semences à la ferme Sainte-Marthe.

Semences

Préserver la biodiversité & faciliter la diffusion des variétés anciennes • 1/3 de la collecte permettra de renforcer le conservatoire pédagogique de variétés anciennes et le jardin de semences, support des formations.
Afin que le conservatoire devienne un lieu de découverte de la biodiversité et ses enjeux, de démonstration et d’apprentissage de savoir-faire, ouvert à tous les publics désirant se les réapproprier. Votre soutien permettra notamment de créer des outils pédagogiques sur les semences.

Autonomie

Mettre en place des modèles viables et vivables pour les diffuser au plus grand nombre • 1/3 des financements permettrat de créer un réseau de fermes formatrices à l’agroécologie
pour permettre aux futurs paysans de se confronter au métier, de mettre en pratique les connaissances acquises et de préparer leur propre installation.

Votre financement permettra ainsi de :

  • former 10 futurs paysans-nes à l’agroécologie et la conservation des semences anciennes
    dans des petites fermes agroécologiques formatrices, partenaires du projet.
  • rémunérer une personne en charge du renforcement du jardin de semences pour une année.
  • créer et distribuer 4000 kits d’action et de sensibilisation sur l’agroécologie et la protection de la biodiversité.
  • mettre en réseau et le suivi de 6 petites fermes formatrices en agroécologie.



 

Vous pouvez lire l’article original sur http://www.biofermes.fr/projet/

Pin It